Discours de Monsieur le Maire des Cotes d'Arey. Monsieur Michel Thommès

25 juin 2017

Chers amis, juin 1944 l'espoir revient dans notre pays. Les Américains sont en Normandie et progressent. La division Das Reich remonte du sud les combattre en se couvrant de honte à Oradour sur Glane et à Tulle.

Dans nos campagnes une jeunesse dissidente patriote est en mal d'action. Les nazis les pourchassent pour faire de la terreur l'outil de leur domination.

Le 27 juin, ici, vous descendez du camion, Charles Lindner, Marcel Martinet, Joannès Orjollet, Pierre Rigard, confiant de retrouver une liberté quelques heures perdues. Quelques coups de feu, vos vies sont parties. Episode banal du travail de ces assassins porteurs de cette croix maudite. Aucun remord sans doute, peut-être même de la satisfaction et des félicitations à venir.

Nous nous retrouvons tous ici chaque année pour cette communion du souvenir, mais aussi pour ce moment de paix qui nous unis loin du tumulte de ces derniers mois d'élections. Elles nous ont montré la fragilité et l'angoisse de l'opinion devant l'avenir. Il faut aujourd`hui, au regard de notre passé, devant ce monument du sacrifice; réchauffer la foi et penser à ceux qui sont partis pour nous rendre notre chère liberté. L'image de cette pierre, enracinée pour des siècles, marque une des frontières du bien et du mal. Aucune doctrine n'a le droit de prendre la vie d'un individu pour dominer son peuple et s'approprier son espace. Pourtant cette mécanique est toujours d'actualité et plus que jamais. Des hommes se sont toujours dressés pour faire front et vous en êtes, vous quatre. Dans l'honnêteté de votre cœur, loin des supputations d'intellectuels, vous avez dit non à l'ennemi, non à la barbarie, c'était le vrai courage. Où sont ces esprits mauvais qui vous ont dénoncés ? Tu ne jugeras point disent les écritures, est-ce que le pardon a le pouvoir de rendre la raison à ceux qui l'on perdue ? La douleur et la colère n'aident pas à retrouver la paix. ll appartient aux esprits forts de le faire et malgré |'opprobre, la vindicte publique, la haine, ils se dressent aussi pour donner un message de paix. Charles, Marcel, Joannès, Pierre, le calcul n'a pas habité vos esprits simplement faire face, vous aussi.
Devant cette assemblée et ce monument, répéter sans cesse cette prière pour notre cohésion autour du souvenir vivant, force majeure des vraies valeurs de notre pays, grandeur simple de ceux qui sont partis, qui ne resteront pas anonymes aux yeux de notre histoire.
Nous vous remercions tous de votre présence pour ce moment solennel. Merci à Madame, notre nouveau député, Madame et Monsieur les Conseillers départementaux, à tous les maires , aux élus, aux associations d'Anciens Combattants de toutes ces guerres, aux portes drapeaux, merci au corps de nos sapeurs-pompiers volontaires pour leur dévouement, leur discipline et leur courage de tous les jours, à notre Gendarmerie Nationale dont nous sommes fiers et qui, nous ne le répèterons jamais assez, dans les moments difficiles que nous vivons, est la gardienne de notre République, merci à la préparation militaire marine de Vienne porteuses des valeurs d'avenir, aux Présidents des associations porteuses du vivre ensemble, merci à nos agents communaux qui entretiennent ce monument pour qu'il garde toute l'année l'éclat qui lui est dû, merci à notre Gerbe d'Or qui donnent au souvenir tant de force, merci à vous tous qui défendez et croyez en la paix.

RETOUR