"Nous savons bien que jamais une guerre ne s'est présentée pour nous sous des aspects plus heureux (...). Si nous avions l'âme belliqueuse, si nous n'étions pas profondément attachés à la cause de la civilisation et de la paix, si nous n'étions pas le peuple qui rêve toujours, non pas de répandre dans l'Europe la dévastation, mais d'y propager le bonheur, comment n'éprouverions-nous pas la puissante tentation de la guerre ? (...) Si elle vient, nous la saluerons avec une immense espérance." "Journal Le Matin du 2 août 1914"

"Cette tranchée toute neuve était ourlée de terre fraîche, comme une fosse commune. C'était peut-être pour gagner du temps qu'on nous y avait mis vivants." "Les Croix de Bois" (Avant l'attaque - 1915) - Dorgelès


11novembre 2011 sous le signe de la jeunesse à Estrablin
Retour