Le Chance Vougth F4U Corsair.

Le Chance Vought F4U Corsair est un avion militaire, fabriqué par les Etats-Unis, utilisé de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à 1968. Il s'impose comme l'un des appareils les plus connus de la Seconde Guerre mondiale, notamment grâce à la série lélévisée "Les Télés brûlées" sans cesse rediffusée. Il s'illustra essentiellement dans le Pacifique, servant à la fois au sein de l'US Navy et de l'US Marine Corps.
Conception : Sa conception débuta en 1938 à la demande de l'US Navy ( l'aéronautique navale américaine) un prototype fut conçu par l'ingénieur en chef de la société Chance-Vougth, Rex diesel, dés 1940. Le premier vol eut lieu le 29 mai 1940 et un an de recherches supplémentaires fut nécessaiie pour le mettre complètement au point. C'est donc le 30 juin 1941 que, pour la premiére fois, l'aéronautique américaine passa la commande de 584 appareils livrables en 1942. La conception du Corsair était très semblable aux avions de l'époque et il fut réalisé selon les critères connus. La seule exception au principe standard de construction fut la forme de la voilure en W, dite ailes de mouette inversées", dites "ailes de mouette inversées qui devait apporter des facilités de construction. En effet, le diamètre de l'hélice nécessaire à son puissant moteur mesurait plus de 4 métres. Ppour posséder une garde au sol suffisante l'axe du moteur devait donc être éloigné du sol. Par conséquent, l'avant de l'avion était considérablement élevé, provoquant une perte irn portante de la visibilité du pilote à l'appontage. En outre, les trains d'atterrissage auraient du atteindre une longueur trop importante pour les matériaux de l'époque. Les ingénieurs étudiérent le problème autrement et décidèrent de doter le Corsair d'une voilure en W. Avec ce système, les trains d'atterrissage étaient situés au point le plus bas de la voilure, devenanrt ainsi plus courts et plus faciement réalisables, sans pour autant que la garde au sol de l'hélice ne soit trop faible. Le train d'atterrissage pivotait de 90° en se rétractant vers l'arrière. Le fuselage était conçu autour du moteur et de l'hélice. Le cockpit se trouvait pour sa part en arrière des ailes, pour améliorer l'équilibre de l'avion.
Les pilotes américains se sont longtemps plaints de la visibilité limitée vers l'avant (aggravée par leur présentation cabrée)ce qui constituait un problème. Les premiéres versions de l'appareil souffraient en outre d'une raideur au niveau des trains d'atterissage qui avait pour effet de faire rebondir l'appareil lors de l'appontage. Ce problème fut cependant rapidement corrigé. Cet avion de légende fut construit en tout à 12 583 exemplaires (12 571 en service), toutes versions confondues entre 1940 et 1952.
L'Aéronavale fançaise:
Dans le rang des unités de l'Aéronavale française, grâce au Military Assistance Program (MAP), des Corsair type AU-1, prélevés sur les stock US, furent utilisés en Indochine et des F4U-7 pendant la guerre d'Algérie. Les Corsair français ne furent pas seulement utilisés pour le combat antiguérilla, mais également comme chasseurs sur porte-avions. Quatre vingt quatorze Corsair F4U-7, spécialement construits pour la Marine nationale, furent produits en 1952. Il s'agissait des derniers de la longue lignée.
Tous les Corsair français furent retirés du service à la fin de 1964. Certains furent exposés dans des musées et d'autres furent acquis par des passionnés d'anciens avions de guerre, principalement aux USA. Les Corsair furent utilisés en flottille (sur porte-avions) par l'Aéronautique Navale française de janvier 1953 à 1964.
Pendant la guerre d'Algérie les F4U-7 des flottilles 12F, 14F, 35F et 17F, opérèrent entre 1960 et 1961 depuis les bases de Biskra et de Télergma. Ces avions, fortement armés, pouvaient intervenir pour des missions d'appui feu, de bombardement, ainsi que d'utilisation de "bidons spéciaux" qui étaient en fait du napalm.
La flottille 12F, transformée sur Corsair en août 1953 sur la base de Karouba en Tunisie, repartit en Indochine à bord du Bois-Belleau, d'avril à novembre 1955. Elle participa aux opérations en Tunisie et en Algérie, avant d'être dissoute en 1963.
La 14F, formée en 1956, fut sollicitée pour des opérations de maintien de l'ordre en Algérie. Quelques mois plus tard, la flottille participa à l'opération Mousquetaire [avec les 12F et la 15F). Puis elle rentra en France en décembre 1956, alternant missions d'entrainement et détachements en Algérie. En juillet 1961, la 14F effectua quelques missions contre l'insurrection tunisienne, puis s'installa à Karouba. La flottille y resta jusqu'en 1953, avant de gagner Cuers en août. Dernière formation à utiliser le Corsair, elle fut dissoute en août 1964.
La 15F partit à Télergma une nouvelle fois en janvier 1953 pour rentrer à Toulon en mars. C'est Maison-Blanche qui l'hébergea en avril-mai 1959, avant qu'elle embarque sur l'Arromancheà destination de l'Océan Indien, de juin à novembre avec un retour à Hyères (les affectations en Algérie sont assurées par les flottilles de Corsair en alternance). Elle fut dissoute en 1962.
La 17F, créée le 1er avril 1958 a Hyères (FEPO), devint flottille opérationnelle en novembre 1959. Elle séjourna en Algérie du 9 décembre 1959 au 2 février 1960, du 12 mars au 18 mai 1960, du 31 mai 196O au 20 août 1960, du 26 décembre 1960 au 21 mars 1961 et du 30 août 1961 au 31 octobre 1961. Elle participa au sein du GAN 69 aux événements de Bizerte. Elle retourna en Algérie en mars 1962, sa dernière mission ayant été effectuée le 29 mars 1962. Elle fut dissoute le 1er avril 1962.

Jacques Moulin (avec la participation de Christian Boisselon)


Caractéristiques de la version F4U-7 :

Moteur Pratt et Whitney R 2800-43W -2100 CV : 18cylindres en double étoile ; compresseur 2 étages, 2 vitesses. Hélice quadnpale Hamilton Standard hydromaitque de 4 m de diamétre.
Armement : 4 canons M3T31 de 20 m/m (924 obusl) 1 lance-bombe ventral (2 000 Ib maxi), 2 lance-bombes latéraux de fuselage {1 600 Ib maxi). Possibilité d'emport de 10 bombes de 100 à 250 Ibs ; ou 6 bombes de 500 Ibs ; ou 2 bombes de 1 000 Ibs : ou 1 bombe de 2 000 lbs. 10 lance-roquettes sous les plans (HVAR de 5" ou roquettes de 11,75").
Données techniques et performances: Envergure 12,47m- Longueur 10,16m- Hauteur 460m - Poids 3 944 kg- Poids maximum 5951 kg - Surface 29, 17 m² - Autonomie :1 630 km et 2 500 avec réservoir extérieur - Vitesse maximum : 685 km/h à 6 0O0 m - Vitesse ascensionnelle 951 m/min soit 6 100 m en 7 mn 42 s - Vitesse maxi absolue : 722 km/h. Vitesse de croisière : 351-370 hm/h - Vitesse de croisière avec réservoirs largables : 333 km/h - Plafond 10668m - Autonomie 4 h.

Retour