----

Le Fieseler Fi 156 était un avion militaire de reconnaissance allemand de la Seconde Guerre mondiale, fabriqué par la Firme Fieseler (Fieseler était un aviateur de meeting célèbre à son époque).
C'est en 1935 qu'il conçut cet appareil, muni de nombreux perfectionnements permettant les décollages et les atterrissages courts. Il fut surnommé Storch (cigogne en allemand) par ses utilisateurs, à cause de son train d'atterrissage haut sur pattes.

Caractéristiques techniques:

C'est un avion à décollage et atterirssage court (STOL), ce qui permettàit de le fairedécoller et de le poser presque n'importe où. En effet, il avait besoin de moins de 70 m pour décoller et de moins de 25 m pour atterrir, cela grâce à des ailerons de bord d'attaque et de volets à fentes. Ses capacités particulières étaient, en plus de son décollage et atterrissage court, une vitesse de décrochage basse (50 km/h) et sa grande manœuvrabilité. Sa large surface vitrée lui permettait de servir d'excellent observateur. Il est l'équivalent du Piper américain, en mieux. Il excella dans les missions d'observation, de transport de personnalités ou de matériel, d'ambulance volante. De 1935 à 1945, la Luftwaffe a utilisé environ 2 900 Fieseler Fi 156.
Durant la Seconde Guerre mondiale le Fieseler "Storch " fut produit par Morane Saulnier pour alléger le travail des usines allemandes...L'usine était toujours opérationnelle lors de la Libération, et Morane Saulnier continuera la production pour l'armée française. Les premiers appareils furent livrés dès septembre 1944, équipés de moteurs différents suivant les versions : Argus d'origine, Argus fabriqué "sous licence" par Salmson et Renault, puis avec des moteurs Salmson en étoile (MS 502) et Jacobs également en étoile (MS 505).
En 1945 le Storch fut modernisé et produit par Morane pour l'armée de l'Air française avec l'appellation Morane 500 "Criquet".
Sur le Morane 500, après les premiers appareils construits au standard allemand et suite aux divers problèmes soulevés par la construction en bois de la voilure, principalement lors de son utilisation en Indochine, une voilure métallique est venue à une date qui ne nous est pas connue, remplacer l'ancienne en bois et toile. Cette modification alourdit évidemment le MS 500, qui ainsi équipé, était moins à l'aise en basse vitesse.
La vitesse minimum passait en effet de 40 km/h à 60 km/h. Ultérieurement le moteur en V inversé "Argus" d'origine fut remplacé par des moteurs en étoile français de type Salmson, ou américains de divers types. Sa dénomination devient alors Morane 502ou 505 suivant la motorisation.
Le Criquet fut largement utilisé par l'armée de l'Air dès la Libération et même avant la fin de la guerre sur les fronts secondaires (poches de l'Atlantique, front des Alpes) puis lors des guerres d'Indochine et d'Algérie, où il fut également utilisé par l'ALAT. Pour ce qui est de l'armée de l'Air, il y a eu cinq escadrilles (EALA 71 à 74 et le CUM, puis les EALA 1/70 à 5/70) à être équipées de ces appareils, de la mi-56 jusqu'au début 1958.
A cette date il fut remplacé par divers types d'appareils dont les Morane Saulnier 733, et plus tard les divers avions d'observation : Nord3400 Norbarbe, Norvigie, L 18, L 19...Il quitta le service actif dans les années 70 où il finit sa carrière comme avion remorqueur de planeur.
En 1955 en Algérie, les,/WS 500 faisaient partie (entre autres) de l'escadrille EALA 071 basée à Telergma, avec deux détachements, un à Batna et un à Tébessa (12 avions au total), du 7 juillet 1955 au 1er avril 1956, date où l'esca-drille partit pour Reghaia (Alger) pour devenir EALA 5/70 avec les Morane Saulnier 733. Fin mai ou début juin, l'esca-drille s'installa à Guelma avec un détachement à Bône.

Armement La plupart des appareils de la Luftwaffe étaient équipés d'une mitrailleuse MG 15 tirant vers l'arrière, située en position supérieure. Ce système ne fut toutefois pas utilisé par les Français, les avions étant au départ non armés, mais en Algérie il fut envisagé de les équiper de mitrailleuses tirant vers le sol. Il y avait de nombreuses mitrailleuses du type standard de 1939, des MAC 34, mitrailleuses alimentées par des "camemberts" de 100 cartouche de 7,5 mm. Ces armes existaient en deux types. Un type dit "Aile", monté fixe dans les ailes, et le type "Tourelle", qui était prévu pour le tir à partir de tourelles mobiles. Ce fut ce type qui fut choisi.
Elles furent montées sur le côté gauche à la place d'une des vitres arrières. Il semble que ces armes furent souvent montées et assez souvent utilisées.
Les documents officiels incluent l'armement dans le descriptif des MS 500 et donne quelques statistiques d'utilisation : ELEA 2/70 Armement - 1 mitrailleuse MAC T 34 de 7,5 m/m (tir par sabord arrière) avec 3 chargeurs ronds de 100 cartouches. EALA 3/70 (juillet 1957) période du 01/07/1955 au 31/12/1956 (...) armés de mitrailleuses MAC modèle 34 T montées sur "support AB" (cartouches de 7,5 mm dans chargeurs "camembert" de 100). Au cours de ces missions opérationnelles, l'escadrille a consommé : 5 400 cartouches de 7,5 mm ordinaires (...) EALA 3/70 (juillet 1957) "(...) - armement : pas d'ar-mement de bord employé, sauf sur ordre du commandant d'escadrille (mitrailleuse MAC 34 T) (...)". EALA 4/70 période du 01/07/1957 au 31/12/1957 "pas d'armement utilisé". Il existe par ailleurs, la preuve par la photo qu'un MS 502 aurait aussi été équipé 'avec cet armement, mais il ne semble pas qu'il ait été utilisé en Algérie, A noter aussi que durant la Seconde Guerre mondiale, en 1943 et 1944, quelque 130 "Storch "furent aussi produits par Mraz en Tchécoslovaquie.
Après la défaite allemande la production continua égale-ment dans ce pays, sous la dénomination de K-65 "Cap".

Jacques Moulin........ Remerciements à Gilbert Neel et René Maurines.

Caractéristiques

Motorisation d'origine : 1 Argus As 10C de 240 ch
Motorisation française : 1 Salmson-Argus As 10R de 240 ch
Envergure: 14,25m
Longueur : 9,87 m
Hauteur : 3,06 m
Surface portante : 26 m2
Masse à vide : 860 kg
Masse normale au décollage : 1 300 kg Masse maximum : 1 470 kg Vitesse maxi : 210 km/h Plafond théorique : 5 000 m
Rayon d'action : 400 km Montée à 1 000 m ; 4 mn

Retour