Le Junkers 52-3m, avec son allure très particulière et très connue, était parfaitement reconnaissable avec son train fixe et son fuselage en tôle ondulée.
C'était un apparei! d'origine allemande, le Junkers Ju 52 (surnommé Tante Ju par les Allemands) était un avion de transport. Construit par une usine française pour la Luftwaffe, sa construction continua après guerre sous la désignation de AAC 1 (Atelier Aéronautique de Colombes).
L'appareil était à l'origine conçu par la firme allemande Junkers à partir des années 1930, comme un avion de transport civil monomoteur. Le premier Junkers Ju 52 fait son premier vol en septembre 1930.
Sa structure en tôle ondulée, qui lui venait de ses prédécesseurs de construction Junkers, lui apporte alors une robustesse inédite pour l'époque, mais l'avion est clairement sous-motorisé.
Aussi, dès avril 1931, le septième exemplaire du Ju 52 reçoit 2 moteurs supplémentaires, montés sur les ailes, et dispose alors de trois moteurs d'origine américaine Pratt & Whitney "Hornet" de 550 chevaux.
Pour ia série, le moteur utilisé fut un BMW 132 de diverses versions. L'avion devient alors Ju 52-3m (trois moteurs).
C'était un avion de transport capable d'emporter 17 passagers, il entre en service en 1932 dans Sa Lufthansa (compagnie civile allemande) et fait rapidement l'objet de commandes d'autres compagnies aériennes.
La Luftwaffe (aviation militaire) manifeste vite son intérêt pour le Junkers Ju 52-3m, qu'elle destine à la fois au transport militaire (de matériel ou de parachutistes) et au bombardement. Une version spéciale est donc construite à partir de 1934, capable d'emporter 1500 kg de bombes ainsi que des mitrailleuses pour assurer sa défense. il semble que c'est cette version qui opérera à Guernica en Espagne, avec l'effet que l'on connaît sur la population civile.
La capacité du Junkers Ju 52 à opérer à partir de pistes courtes et sommairement aménagées était fort appréciée.
De nombreuses versions du Junkers Ju 52 ont été construites pendant toute la Seconde Guerre mondiale, avec des moteurs de plus en plus puissants, de meilleurs équipements électroniques (radio, etc.), ou des équipements spéciaux, comme des skis pour atterrir sur la neige.
La fabrication pour l'aviation allemande était répartie entre plusieurs usines situées en Allemagne, en France et en Hongrie.
Construit à plus de 4 800 exemplaires, il a été utilisé par de nombreuses compagnies aériennes, mais aussi comme avion de transport militaire et bombardier pendant la Seconde Guerre mondiale.
Preuve de sa robustesse, trois exemplaires du Junkers Ju 52 ont été utilisés par ia compagnie Swiss Air jusque dans les années 1980.
Après la guerre, la France et l'Espagne ont construit leurs propres versions, désignées respectivement AAC 1 Toucan et Casa 352. Déjà surnommé "Tante Ju" par les Allemands, il conserva son surnom dans l'Armée de l'Air française.
La version française du Ju 52, ou AAC 1, devenu officiellement le "Toucan" pour les autorités françaises, a été utilisée comme avion de transport de troupe et pour le parachutage pendant !a Guerre d'Indochine, au début des années 1950. Moins rapide et moins confortable que le C-47 américain. également employé par l'Armée de l'Air, il avait un décollage plus court et un train fixe plus solide que celui (escamotable) du Dakota.
Les Junkers JU 52 furent utilisés durant la Guerre d'Algérie, de 1956 à 1960, dans les deux "Groupes Sahariens de Reconnaissance et d'Appui" n° 76 et 78. !ls permirent d'effectuer de très nombreuses missions de reconnaissance, de transport, de recherches SATER, de lâcher de parachutistes et d'évacuations sanitaires. Ils assurèrent des détachements à Gabès, Télergma, Biskra, Rémada, Touggourt, El Goléa, Fort Flatters, Polignac, Edjeleh, Tindouf, Adrar.
Des missions furent régulièrement réalisées à Tamanrasset. In Eker, In Salah, Bir Djedid, etc.
Une grande partie des appareils AAC 1 restant dans l'Armée de l'Air fut ensuite cédée au Portugal, qui les utilisa dans ses propres guerres coloniales (Mozambique, Guinée, Angola).
Plusieurs AAC 1 sont restaurés pour être conservés dans les musées portugais, notamment à Sintra.
Utilisé aussi en transport de ïoupes, de nombreux militaires traversèrent la Méditerranée sur ces machines bruyantes et vibrantes d'un autre temps...
L'AAC 1 fut également utilisé par la Marine Nationale pour le même genre de missions que l'Armée de l'Air.
il fut remplacé par les Nord 2501 "Noratlas", dès 1960.

Jacques Moulin
Retour
Accueil