11 septembre 1917: le dernier combat de Georges Guynemer..

La fin de l'été 1917 voit la poursuite de la guerre sur tous les fronts. Ce sera bientôt la ?n de " l'Union sacrée ››, à l'occasion de la formation du gouvernement Painlevé auquel les socialistes refusent de participer. Les mutineries, et la répression qui a suivi, laissent des traces... La conférence socialiste internationale s'achève à Stockholm par un appel à la grève générale internationale. Prolongement de la révolution soviétique, des troubles éclatent au camp de La Courtine, où est basée une partie du corps expéditionnaire russe, qui débouchent sur une mutinerie qui fera de nombreux morts. Depuis le mois d'août, la Chine et le Japon, dont les rapports mutuels sont particulièrement tendus, entrent dans le conflit au côté des Cette situation modifie profondément la situation géopolitique en Extrême-Orient.
Georges Guynemer, né le 24 décembre 1894 à Paris (16° arrondissement), est mort au combat le 11 septembre 1917 à Poelkapelle (Belgique). Il est l'un des pilotes de guerre français les plus célèbres de la Première Guerre mondiale.
Capitaine dans l'Aviation française, il a remporté 53 victoires homologuées, plus une trentaine de victoires probables en combat aérien. Volant sur différents types de Morane-Saulnier, de Nieuport, de SPAD(Vll, SPAD Xll canon, SPAD Xlll). Fait notable, il survit sept fois après que son avion soit abattu. Il est affecté durant sa carrière à l'escadrille n° 3 (MS 3, N 3 puis SPA 3), dite " Escadrille des Cigognes ››, unité de chasse la plus victorieuse des ailes françaises entre 1914 et 1918.
Sa devise est " Faire face ›› et ses avions sont habituellement peints en jaune et baptisés " Vieux Charles ››. Sa postérité vaut à Georges Guynemer de devenir le héros emblématique de l'Ecole de l'Air, à Salon-de-Provence.
Le 5 décembre 1915, l'escadrille MS3 est rebaptisée escadrille N3, après avoir été rééquipée avec des chasseurs Nieuport 10. Trois jours plus tard, le 8, en abattant au-dessus de Beuvraignes, au sud de Roye, un LGV17 il remporte sa troisième victoire. A bord de ces avions plus performants, Guynemer va rapidement s'imposer comme l'un des meilleurs pilotes français. Le président Poincaré lui remet la Croix de Chevalier de la Légion d'Honneur le 24 décembre, jour de sa majorité. Il est à nouveau cité à l'ordre de la Vl° Armée (ordre n° 2209 " D ››) pour avoir rempli des missions spéciales qui consistaient à se poser derrière les lignes ennemies.
" Pilote de grande valeur, modèle de dévouement et de courage. A rempli depuis six mois deux missions spéciales exigeant le plus bel esprit de sacri?ce, et livré treize combats aériens dont deux se sont terminés par l incendie et la chute des avions ennemis››.
Il devient un "As ›› en remportant sa cinquième victoire le 3 février 1916 et est promu au grade de sous-lieutenant à titre temporaire le 14 mars 1916, puis à titre définitif le 12 avril de cette même année.
Le Groupe de Combat n° 12, appelé aussi Escadrille des Cigognes, est une célèbre unité aéronautique de l'Armée française dont les appareils d'escadrilles étaient ornés d'une cigogne. Elle fut le berceau de grandes figures de |'Aviation de chasse française entre 1914 et 1918. Les pilotes René Fonck, Georges Guynemer, René Dorme, Alfred Heurteaux, Raoul Echard , Joseph-Henri Guiguet, Henri-Augustin Rabatel, Roland Garros, Mathieu Tenant de la Tour et bien d'autres furent aux commandes des avions " SPAD ›› de la SPA3, de la SPA26 et SPA 103, les trois plus glorieuses escadrilles.

Document: l'Ancien d'Algérie.

RETOUR