EBR Panhard

Panhard est l'un des principaux constructeurs français en véhicules blindés de reconnaissance.
C'est bien un engin atypique que nous découvrons en Algérie à partir de 1955, 4 roues motrices sur pneumatiques + 4 roues centrales dites " agricoles " relevées sur route et abaissées en mode tout-terrain.
Cet engin conçu en 1951 avait déjà un prédécesseur un 1939, un prototype Panhard Type M 201 (du n°du bureau d'études Panhard) avec la même configuration des 8 roues.
Il est regrettable que ce prototype ait été réformé en 1952. C'est sur une demande de l'Armée française le 23 mars 1945 auprès des quatre sociétés françaises, Latil, Lorraine, Hottchkiss et Panhard que Panhard étudie l'EBR M212 (bureau d'étude Panhard n°212). Louis Delagarde est l'ingénieur en charge du projet de cet engin blindé à 8 roues.
Le premier prototype Panhard est présenté à l'Armée française en juillet 1948. Hotchkiss présente son prototype en mars 1949. Le premier Panhard EBH est remis pour essais en septembre 1949 au 1er régiment de Spahis àTours.
En décembre 1949, l'Armée française adopte l'EBR Panhard.
Une anecdote peu connue aujourd'hui, le défilé du 14juillet1951 ne comportait que des prototypes dont les responsables concepteurs ont été les premiers étonnés par ces véhicules descendant les Champs-Elysées sans problème.
Pourquoi les 4 roues agricoles en lieu d'un véhicule à 8 roues pneumatiques plus performantes en tout-terrain ?
Ce choix a été dicté pour une économie de poids, une roue " agricole " pèse 80 kg, une roue pneumatique 250 kg, d'où un gain de 680 kg précieux pour l'économie en carburant et en charge utile.
Panhard pensait à huit roues directrices (2 X 4), mais cela diminuait les dimensions de la caisse intérieure et le diamètre intérieur de la tourelle.
Louis Delagarde s'est inspiré de l'avant du char FT Renault, ressemblant à l'extrémité d'un cercueil et faisant ricocher les balles qui frappaient dessus.
Les ailes sur les roues sont en tôle non blindée, lors d'un passage sur une mine, la roue monte verticalement en emportant l'aile sans endommager le blindage de la caisse. En Algérie, 28 EBR ont sauté sur des mines, pas une seule victime à déplorer.
Lautre particularité de l'EBR Panhard que nous avons connu en Algérie dès 1955 est d'avoir deux postes de conduite, avec chacun son pilote en place prêt à tout moment à inverser le sens de marche de l'engin sans effectuer de demi-tour.
En effectuant cette manœuvre d'inversion de marche, le pilote conducteur libère ses deux roues conductrices.
Jean Orange du 8eme Hussards, a piloté un EBR Panhard dans le Constantinois et nous dit qu'il pouvait aussi rendre les quatre roues directrices en même temps ce qui lui permettait d'effectuer un demi-tour sur place.
Pourquoi cette manœuvre ?
Le poste de pilotage arrière est parfois occupé par un poste radio à longue portée SCR 506 qui ne laisse pas de place à un deuxième pilote.
C'est alors le radio qui prend la place du deuxième conducteur.
Le pilote s'infiltre dans l'étroitesse de son poste de conduite (photo) avec son volant entre les mains.
C'est une fois en place sur son siège qu'il verrouille son volant avec une poignée tournante sur le tube de direction.
Les sièges des conducteurs sont fixés sur les parois latérales et non sur le plancher, ce qui protège les conducteurs de choc à la colonne vertébrale lors d'un passage sur une mine. Ce dispositif est présent sur tous les blindés actuels.
Les conducteurs disposent sous le volant, entre leurs jambes, d'une mitrailleuse Reibel calibre 7,5 mm avec chargeur "camembert " de 149 cartouches plus une inerte.
L'EBR est équipé d'une centrale hydraulique commandant l'abaissement et la remontée des roues métalliques ainsi que l'assistance au freinage et à la direction.
La faiblesse des tuyauteries hydrauliques engendre parfois des ruptures qui occasionnent des incidents de marche, voire des projections d'huile chaude sur les conducteurs.
La motorisation provient d'un moteur Panhard 12 cylindres à plat.
Tous les utilisateurs sont unanimes à déclarer ce moteur extrêmement bruyant ayant pour fàcheuse conséquence de supprimer tout effet de surprise pour débusquer l'ennemi.
La tourelle oscillante FL 10 de l'EBR provient du char AMX-13, avec un canon de 75mm rallongé.
Le tireur dispose de 20 obus à sa portée dans la tourelle ainsi que d'une réserve de 36 autres obus en caisses.
A sa gauche, une mitrailleuse Reibel calibre 7,5 mm identique à celles des conducteurs.
Quatre étuis à fumigènes sont installés sur l'extérieur de la tourelle.
Panhard a produit 1 202 EBR de 1951 à 1985 dont: - 279 FLTOversion 1954 à tourelle AMX 13, - 836 FL 11 version 1951 à tourelle ronde, - 78 pour le Portugal, -3 pour l'Indonésie, -6 pour l'OTAN.

Michel Duparet

Caractéristiques:
Poids en charge :12,7t Garde au sol : 0,34 m Vitesse maxi : 105 km/h. Carburant : essence Capacité des réservoirs : 370 l .Consommation ; 55 1 aux 100 km. Rayon de virage : 6 m. Blindage : équivalent à 40 mm . Equipage : 4 personnes dont 1 chef de voiture chargeur, 1 tireur, 2 conducteurs dont un pouvait faire fonction de radio. Moteur : Panhard 12 cylindres à plat 6 000 cc. Puissance max. : 200 cv à 3 700 tr/mn. Boîte 8 rapports AV avec doubleur et inverseur

Retour