Terrot 500 cc RGST


TerroT, probablement le premier constructeur français de motos avant la Seconde Guerre mondiale, était devenu dans les années trente fournisseur de l'Armée française avec ses célèbres 350 cc et 500 cc.
Avec l'occupation allemande en juin 1940, son usine de Dijon fut au service de la Wehrmacht jusqu'en août 1944 en produisant des Gnome & Rhône plus robustes alors que les BMW.
C'est en 1949 qu'apparaît dans l'usine de Dijon, une grosse cylindrée (pour l'époque} de 500 cc de conception moderne, la
TerroT RGST

La Terrot RGST obtient un grand succès commercial auprès du public dans les années 50.
De fait, l'administration française ne peut ignorer cette moderne et performante moto pour ses services motorisés de l'Armée, la Gendarmerie, la Garde Républicaine et les CRS. La 500 RGST se présente avec une technologie moderne comprenant un moteur 4 temps à soupapes et culbuteurs. avec graissage par pompe double à engrenages, développant 21 CV à 4800 t/mn.

La culasse est en alliage léger. La boîte de 4 vitesses est commandée aisément par un sélecteur commandé au pied droit qui remplace avantageusement l'antique commande à main fixée sur le côté droit du réservoir.
Adieu à la manette des gazsur le guidon, la RSGT posséde une poignée tournante pour la commande des gaz au carburateur incliné AMAC, à correction d'air qui anime un moteur nerveux montant bien en régime.
La partie cycle comporte une fourche télescopique à systéme d'amortissement à double effet.
Notons aussi la présence d'un pare-jambes en tube.
Le compteur de vitesse est incorporé dans le phare.
L'éclairage électrique est assuré par une dynamo alimentant une batterie de 6 volts 14 amp/h.
La RGST pèse 180kg en ordre de fonctionnement.
Vous remarquerez sur les photos " Algérie " de larges sacoches en cuir réservées aux modèles militaires.

LaTerroT 500 RGSTA (A pour Armée) est présente pendant la Guerre d'Algérie dans l'Armée de Terre et les brigades de Gendarmerie.

J'ai vu ces TerroT le 4 juin 1958 escorter le Général de Gaulle lors de sa venue à Alger.
Effet du hasard, l'un des gendarmes motards de cette escorte, présent sur les photos à Alger, est devenu à son retour d'Algérie responsable d'une brigade motorisée de la Gendarmerie de l'Essonne et mon voisin, membre de la FNACA au comité de Mennecy.

Michel Duparet
Retour